Mesurs


Projet Fièvre Jaune

mercredi 4 juillet 2018 par Laura

Modélisation de la fièvre jaune et évaluation d’impact des stratégies vaccinales en Afrique

Partenaires :
MRC Centre for Outbreak Analysis, Imperial College, Royaume-Uni

Financement :
OMS (2017-19)

Début du projet : janvier 2017
Fin du projet : décembre 2019

Contexte du projet
La fièvre jaune est une fièvre hémorragique virale dont 90% du fardeau est concentré dans la bande intertropicale africaine. Cette maladie est transmise à l’humain par le moustique, et deux cycles de transmission coexistent : un cycle zoonotique, dans lequel la maladie circule entre le réservoir animal (les primates non humains) et les humains ; et un cycle urbain dans lequel la maladie est transmise par le moustique domestique Aedes aegypti. Le cycle urbain peut engendrer de larges épidémies difficiles à contrôler, comme l’a rappelé l’épidémie de 2016 en Angola. Pourtant, un moyen de prévention efficace est disponible : il s’agit du vaccin contre la fièvre jaune qui confère une immunité à vie après une dose unique.

Objectifs du projet
Les activités du groupe de modélisation de la fièvre jaune à l’Imperial College de Londres, dont Kévin Jean est chercheur associé, sont orientées autour de plusieurs objectifs. Le premier est la modélisation d’impact du vaccin dans la zone endémique. Le second est l’estimation de paramètres épidémiologiques importants pour la compréhension de la maladie (efficacité vaccinale, létalité), paramètres qui restent encore mal documentés. Enfin, le troisième objectif est le soutien méthodologique aux autorités sanitaires internationales lors d’épidémies (comme l’épidémie que connu l’Angola en 2016) et dans le cadre de la nouvelle stratégie adoptée par l’OMS pour le contrôle à long terme de la maladie (Elimating Yellow fever Epidemics, EYE strategy).

Méthodes
Ce projet s’appuie sur le développement d’un modèle mathématique reposant sur des données démographiques, environnementales et sérologiques, pour estimer l’intensité de transmission de la maladie à l’échelle locale dans 34 pays d’Afrique. En prenant en compte les structures de populations et l’historique des activités de vaccination, cette intensité de transmission est ensuite traduite en un nombre de cas de fièvre jaune.

Résultats attendus
Ce modèle est utilisé en collaboration avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’Alliance du Vaccin (GAVI, principal financeur de vaccins dans les pays en développement) afin d’évaluer les stratégies vaccinales passées et futures.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 0 / 0

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Projets de recherche  Suivre la vie du site Projets en cours  Suivre la vie du site Evaluation des Interventions de santé au Sud   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License